Joachim Lauwers
Destiny dans la presse
Posted on 26/09/2019 - 13:30

Les 365 premiers jours de Joachim Lauwers

Joachim Lauwers a près de vingt ans d’expérience dans le domaine des télécoms. « Pendant plus de dix ans, j’ai travaillé dans un contexte d’acquisitions », explique-t-il. « J’ai un peu touché à tout, des activités opérationnelles au marketing. J’ai travaillé pour le marché B2C comme pour le marché B2B. Tele2-Versatel m’a par exemple confié le lancement d’une unité B2C. C’était passionnant, ne fût-ce que parce qu’il fallait tout construire, en partant de rien. Mais je préfère tout de même le business-to-business. C’est là qu’on a le plus d’impact. Dans un environnement B2C, le marketing joue un rôle de taille. Du coup, on travaille sur toutes sortes de campagnes, mais l’impact personnel est limité. Je veux bâtir quelque chose. C’est pourquoi je préfère les entreprises à fort potentiel de croissance, comme Destiny. »

Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre Destiny ?

JOACHIM LAUWERS. « La croissance de Destiny avait un certain attrait. Quand je suis arrivé ici, il y a six ans, nous étions 17, avec un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros. Aujourd’hui, nous avons 220 collaborateurs en Belgique et aux Pays-Bas, et nous attendons un chiffre de 65 millions pour cette année. Mais ce n’est pas la seule chose qui m’a attiré chez Destiny. C’est une entreprise qui défend de nombreuses valeurs telles que l’autonomisation. Et ces valeurs sont plus faciles à promouvoir dans une entreprise à fort potentiel de croissance. »

Vous avez exercé plusieurs fonctions chez Destiny avant de devenir Managing Director, l’année dernière.

JOACHIM LAUWERS. « Au départ, je faisais de la vente et du marketing. Il y a trois ans, je suis passé aux activités opérationnelles. Ce changement d’orientation peut sembler étrange pour quelqu’un qui a un bagage technique, mais était complètement en phase avec mon caractère. Maintenant que je suis Managing Director, je trouve ces expériences encore plus importantes. En tant que fournisseur de solutions cloud, nous proposons un service technique, mais nous devons également comprendre ce que veut chaque client. Ce parcours mixte est donc un vrai plus. »

Que retenez-vous de l’année écoulée ?

JOACHIM LAUWERS. « Une bonne partie de notre croissance vient d’acquisitions, mais il faut tout de même combiner ces rachats à une croissance organique. Les acquisitions ne doivent pas non plus perturber les activités opérationnelles de l’entreprise. Une bonne intégration est donc essentielle. Avec le rachat stratégique de Fuzer et Escaux, nous avons passé la barre des 150 000 utilisateurs, et avons pris la tête du marché de la communication cloud en Belgique. Je suis extrêmement fier de cette acquisition, car elle renforce la position de Destiny en tant que challenger du marché B2B. Mais pour nous, la culture d’entreprise reste un critère essentiel. Nous ne nous intéressons qu’aux entreprises dont la culture est en phase avec la nôtre. »

Comment envisagez-vous les années à venir ?

JOACHIM LAUWERS. « Je voudrais faire doubler notre chiffre d’affaires d’ici trois à cinq ans. Mais il faut que ce soit une croissance saine. Notre culture d’entreprise ne doit en aucun cas en pâtir. Nous devons donc veiller au bonheur de nos collaborateurs. Ceux qui viennent travailler chez nous savent que nous attendons d’eux un certain esprit d’entreprise et d’initiative. De nombreuses sociétés peinent à trouver les bons collaborateurs. Destiny ne fait pas exception. Cela explique d’ailleurs pourquoi nous gardons le personnel des entreprises que nous rachetons. Nous avons en permanence entre cinq et dix postes vacants. Mais nous savons qu’une fois que nous aurons trouvé les bonnes personnes, elles ne nous quitteront plus. »